» Plan de résilience : des décisions en trompe l’oeil !

 

système de chauffage

 

Dans le cadre du plan de Résilience annoncé par le Premier Ministre, plusieurs mesures impactant le remplacement des systèmes de chauffage dans l’habitat ont été annoncées afin d’accélérer la politique de réduction de la dépendance aux énergies fossiles. L’initiative est louable mais le résultat ne sera pas satisfaisant !

 

Des aides pour le chauffage en trompe l’œil !

Si l’augmentation de 1000 €, à partir du 15 avril prochain et jusqu’à fin 2022, de l’aide MaPrimeRénov’ pour l’installation d’un système de chauffage renouvelable (type pompes à chaleur y compris hybrides) ou chaudières biomasse est une mesure qui facialement est positive, la CAPEB considère, sauf évolution, que cette aide supplémentaire est en trompe-l’œil vis-à-vis du reste à charge pour les ménages les plus modestes.

 

Un reste à charge pour les plus modestes encore plus important !

En effet, cette mesure, aussi bénéfique soit-elle, intervient dans un contexte où le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) est fortement impacté par un effet déflationniste en ce début de 5ème Période, dissuadant bon nombre d’obligés à porter à partir du 1er avril prochain les opérations Coup de Pouce Chauffage qui permettent de bonifier les travaux de remplacement d’une ancienne chaudière individuelle au charbon, au fioul ou au gaz par des systèmes fonctionnant aux énergies renouvelables (biomasse, solaire, thermodynamique). A ce jour, aucun des grands obligés, à l’exception d’EDF, n’a décidé de porter l’offre Coup de Pouce Chauffage.

Or, si l’aide Coup de Pouce Chauffage n’est pas mobilisable pour l’installation d’une pompe à chaleur à 12.000 €, le reste à charge pour les ménages les plus modestes s’élèvera, à compter du 1er avril prochain, à 7.000 € en intégrant l’augmentation de 1.000 €, et non 4.000 € comme aujourd’hui, ce qui inévitablement conduira les particuliers à se détourner de ce type de travaux.

 

Des mesures complémentaires doivent être prises !

Aussi et afin que l’aide supplémentaire décidée par le Gouvernement soit efficace, la CAPEB considère que des mesures urgentes doivent être prises pour que les offres Coup de Pouce CEE restent attractives au vu du cours actuel des CEE sur le marché, pour pouvoir être portées par les acteurs du dispositif des CEE.

Sans quoi, le secteur sera confronté à un arrêt brutal des travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements. Avec à la clef un désintérêt des entreprises artisanales du bâtiment des dispositifs d’incitation.

En ce qui concerne la suppression de l’aide MaPrimeRénov’ au 1er janvier 2023 pour l’installation de nouvelles chaudières au gaz, qui est, là encore, une mesure positive, la CAPEB s’étonne qu’une telle mesure n’ait pas été concertée avec les acteurs de la filière concernée.

 

La CAPEB rappelle, une nouvelle fois, qu’il est primordial de renforcer la visibilité des aides CEE et de MaPrimeRénov’, ce qui ne peut se faire qu’en assurant une meilleure stabilité de ces deux dispositifs essentiels.

 

Lire aussi :

https://www.capeb71.fr/hausse-des-prix-les-entreprises-du-batiment-tirent-la-sonnette-dalarme-il-y-a-urgence-a-agir/

https://www.capeb71.fr/hausse-des-prix-la-capeb-71-demande-au-prefet-des-mesures-durgence-pour-le-btp/