» Monoxyde de carbone : Ayez une vigilance accrue

 

 

Le monoxyde de carbone, également appelé « CO » est un gaz très dangereux pour l’homme. Il inquiète beaucoup parce qu’il est difficile à identifier : on ne le voit pas et il ne dégage aucune odeur. Pourtant, il pénètre dans l’organisme par les voies respiratoires et remplace progressivement l’oxygène, ce qui génère parfois une intoxication. Voici quelques conseils et rappels…

 

 

Les chaudières et le chauffe-eau (au gaz, par exemple) peuvent dégager du monoxyde de carbone, tout comme les cuisinières, les chauffages d’appoint qui ne sont pas électriques, les poêles et même les cheminées.

 

Rappelons qu’en tant que professionnel, dès lors que vous intervenez sur ce type d’installation vous êtes tenus d’une obligation de résultat, en ce qui concerne la sécurité de l’installation et de son environnement vis-à-vis de vos clients.

 

A défaut, les conséquences peuvent être dramatiques au-delà du fait que votre responsabilité puisse être recherchée.

 

Les premiers signes d’une intoxication sont généralement des maux de tête, des nausées ou troubles digestifs. Ses conséquences peuvent être très graves et aboutir au décès de la victime en cas de concentration importante de substance toxique.

 

Rappelons également que pour les professionnels du secteur, des accidents liés à des dégagements de monoxyde de carbone se produisent chaque année. Une machine à moteur thermique (scie à béton, décolleuse de papier peint à gaz, groupe électrogène…) qui fonctionne mal du fait d’une combustion incomplète peut émettre du monoxyde de carbone. Si le compagnon se trouve dans un endroit fermé, confiné ou souterrain, où l’air circule mal, il peut très rapidement s’intoxiquer.

 

L’autre principal danger d’asphyxie par intoxication pour les professionnels de notre secteur est lié à un autre gaz : le sulfure d’hydrogène, naturellement présent dans le charbon et le pétrole et qui peut être produit par la fermentation de substances organiques végétales ou animales.

 

Les travaux effectués dans les puits, caves, cuves, parkings, zones techniques ou vides sanitaires, égouts, stations d’épuration, sont particulièrement exposés au risque d’intoxication et d’asphyxie.

 

Pour éviter ces risques, il convient d’effectuer un mesurage de la qualité de l’air (teneur en oxygène), des gaz toxiques éventuellement présents au poste de travail et de ventiler la zone de travail.

 

 

      Nos Services sont à votre disposition pour tout renseignement relatif à cet article au 03.85.90.97.70 ou sur capeb71@capeb71.fr

 

 

La CAPEB agit pour la santé et la sécurité

sur les chantiers !