» Conflit entre la Russie et l’Ukraine : quel impact sur le gaz ?

 

 

 

Vous trouverez ci-dessous une communication transmise par GRDF faisant l’état des lieux des conséquences du conflit sur le gaz.

 

“Dans le contexte actuel de tensions entre la Russie et l’Ukraine, vous vous posez peut-être des questions sur les impacts de cette crise sur le gaz en France. Par ce message, nous souhaitons vous apporter les informations que vous êtes en droit d’attendre en tant que professionnels de la filière gaz.

 

Le premier fournisseur de gaz en France est la Norvège

 

En 2020, le gaz russe a représenté 17% du gaz consommé en France. C’est certes significatif, mais ce n’est pas notre source principale d’approvisionnement, contrairement à certains autres pays européens comme l’Allemagne par exemple.

 

La France a, en effet, opté pour une stratégie d’approvisionnement diversifiée. Près de la moitié du gaz consommé en France vient d’Europe : notre fournisseur principal est la Norvège avec environ 36% du gaz naturel qui entre sur le territoire. Les Pays-Bas, l’Algérie, le Nigéria, le Qatar, les Etats-Unis, et d’autres encore nous alimentent également.

 

De plus, avec l’essor du gaz vert, un gaz 100% local et renouvelable, la France réduit progressivement sa consommation de gaz d’origine fossile et, in fine, sa dépendance énergétique.

 

La France est à l’abri d’une crise majeure d’approvisionnement 

 

La diversité de nos sources d’importations et la solidité de notre chaîne gazière nous met à l’abri d’une crise majeure d’approvisionnement.

En effet, dans le cas d’éventuelles ruptures de livraison d’une partie ou de la totalité du gaz russe, la compensation se ferait par :

  • Davantage de soutirages des stockages français
  • Une augmentation des importations provenant d’autres pays
  • L’effacement de tout ou partie de la consommation des client professionnels à forte consommation ayant souscrit à un contrat d’interruptibilité.

 

Si cela s’avérait insuffisant, un processus appelé « délestage » pourrait être activé par les pouvoirs publics. Il consiste à demander aux gros clients professionnels de réduire leurs consommations de gaz. Ce dispositif s’inscrit dans une logique de solidarité, pour permettre la continuité d’approvisionnement en gaz du plus grand nombre de clients, dont ceux exerçant des missions d’intérêt général (MIG) ainsi que les particuliers.

 

La tendance haussière des prix du gaz ne se répercute pas forcément directement sur les particuliers

 

Les prix de marché du gaz, au même titre que les autres énergies, sont impactés par la crise russo-ukrainienne.

 

La hausse des prix ne signifie pas nécessairement une augmentation du tarif payé par le client à court terme :

  • L’ensemble des particuliers au tarif réglementé ainsi que les habitants des logements collectifs, y compris les logements sociaux, bénéficient, dans l’immédiat, du « bouclier tarifaire » mis en place par l’État.
  • Les consommateurs ayant souscrit à une offre de marché dont le prix est fixe ou indexé sur les tarifs réglementés, sont protégés sur toute la durée de leur contrat ».

 

 

     Nos Services sont à votre disposition pour tout renseignement relatif à cet article au 03.85.90.97.70 ou sur capeb71@capeb71.fr

 

 

La CAPEB 71, des actes, pas des discours !