» L’apprentissage toujours à la peine !

CAPEB 71 - Apprentissage

Malgré les mesures prises par le Gouvernement pour relancer cette voie de formation, la situation ne s’améliore toujours pas. Les dernières statistiques du Ministère du Travail révèlent ainsi que 28 % des contrats d’apprentissage sont rompus avant leur terme.

 

Les Inspections générales (IGA) et sociales (IGS) et de l’Éducation nationale ont rendu un rapport sur les manières de sécuriser le parcours des apprentis. Ce rapport dénonce notamment le nombre trop important et le manque de coordination des acteurs qui interviennent dans le domaine de l’apprentissage (Conseils régionaux, Éducation nationale, Pôle emploi, missions locales, Chambres consulaires, CFA) avec des missions souvent mal identifiées. À titre d’illustration, le rapport souligne qu’aucun d’entre eux ne s’occupe de suivre les apprentis une fois leur contrat rompu. Le rapport préconise d’éviter ces échecs en agissant en amont.

Il propose ainsi de veiller à l’adéquation entre le jeune et l’employeur, d’assurer un vrai suivi du jeune pendant sa période d’apprentissage, de veiller à une bonne articulation entre la théorie et la pratique, de prendre garde aux conditions de vie de l’apprenti.

 

Bref, il y a beaucoup à faire pour que l’apprentissage se développe aussi bien qu’en Allemagne où il concerne 16 % des jeunes (contre 5,2 % en France). Rappelons que depuis près d’un an, les entreprises de moins de 11 salariés qui recrutent un apprenti peuvent bénéficier d’une aide de 4.400 € pour la première année du contrat.

 

 

La CAPEB soutien la filière apprentissage

et demande l’application des mesures préconisées

par l’UPA depuis de nombreuses années !