» La CAPEB 71 engage le débat avec les Parlementaires dans le contexte du mouvement des “gilets jaunes”

capeb71-debat-parlementaires- 2 (a)

 

Ce matin dans ses locaux à Chalon-Sur-Saône, la CAPEB 71 a  convié les Parlementaires de Saône-et-Loire, M. le Sous-Préfet et M. Le Maire de Chalon-Sur-Saône à un table ronde / débat. Le but de la CAPEB 71 était de leur faire part des préoccupations et propositions des artisans du bâtiment dans le contexte du mouvement des « gilets Jaunes » et recueillir leurs positions.

 

Les personnalités suivantes ont répondu à l’invitation de la CAPEB et ont débattu avec des chefs d’entreprises administrateurs de la CAPEB 71 :

  • La Sénatrice Marie MERCIER (LR)
  • Le Sénateur Jean-Paul EMORINE (LR)
  • La Députée Cécile UNTERMAIER (PS)
  • La Députée Josiane CORNELOUP (LR)
  • Le Député Rémy REBEYROTTE (LREM)
  • M. Jean-Jacques BOYER, Sous-Préfet de Chalon-Sur-Saône
  • M. Gilles PLATRET (LR), Maire de Chalon-Sur-Saône et porte-parole national des Républicains

 

 

Le Président de la CAPEB 71, Toni SPINAZZE, a d’abord rappelé que la CAPEB était soucieuse de maintenir un dialogue permanent avec les responsables politiques et notamment les parlementaires qui font les lois. Il a indiqué que la CAPEB 71 comprenait parfaitement le mouvement des “gilets jaunes” mais ne cautionnait pas la violence.  “C’est par le dialogue et l’écoute du bon sens des hommes et des femmes de terrain que nous sortirons de cette situation” a ajouté le Président de la CAPEB 71.

 

 

Les premières alertes sur l’économie…

Il a aussi attiré l’attention des élus et du représentant de l’État sur les premières difficultés rencontrées par les entreprises dans le cadre de ce mouvement. La CAPEB 71 a appelé à des mesures urgentes pour geler les charges de certains artisans qui connaissent une baisse d’activité liée  ce mouvement.

 

Une fiscalité punitive sur les carburants dénoncée par la CAPEB 71 !

La CAPEB 71 a ensuite alerté les élus sur l’impact négatif de la fiscalité sur les carburants pour le secteur du bâtiment (voir notre dossier complet)

 

De gauche à droite : Mme Cécile UNTERMAIER (Députée), M. Rémy REBEYROTTE (Député), M. Jean-Paul EMORINE (Sénateur) et M. Jean-Jacques BOYER (Sous-Préfet))

 

Les dirigeants de la CAPEB 71 ont aussi rappelé l’absence de solutions alternatives crédibles. Il sont dénoncé une fiscalité punitive qui ne profite pas à l’écologie.

 

Quelle transition énergétique ?

Les débats ont également portés sur la transition écologique. La CAPEB 71 a rappelé que les artisans du bâtiment étaient en 1ère ligne pour lutter contre le réchauffement climatique en bâtissant et en rénovant des bâtiments moins énergivores.

 

M. Eric PATRU (Vice-Président CAPEB) interpellant les parlementaires. A sa gauche, Mme Josiane CORNELOUP (Députée)

 

L’Etat doit cependant accompagner cette transition et la soutenir par une politique et des mesures adaptées. La CAPEB 71 ne comprend pas l’attitude du Gouvernement qui a décidé de réduire le périmètre du Crédit d’Impôt Transition Energétique, pourtant principal levier pour déclencher des travaux de rénovation énergétique (voir notre dossier complet)

 

M. Gilles PLATRET, Maire de Chalon-Sur-Saône et porte-parole national des Républicains. A sa gauche, Mme Marie MERCIER (Sénatrice).

 

La pénurie de main d’œuvre : une incompréhension pour les artisans !

Le Président de la CAPEB 71 a aussi rappelé la nécessité de relancer la production et le travail en France. Les entreprises artisanales du bâtiment de Saône-et-Loire éprouvent de très grandes difficultés à recruter de la main d’œuvre. Certaines sont même obligées de refuser des chantiers faute de salariés. Il s’agit indiscutablement de pertes de points de croissance pour l’économie du bâtiment.

Cette situation est totalement incompréhensible alors que la France compte un taux de chômage de 9,3 % de la population active. En Saône-et-Loire 713 offres d’emploi dans le BTP ne sont pas pourvues (source Pôle Emploi). Les artisans employeurs sont exaspérés par cette situation.

 

capeb71-débat-parlementaire-9 (a)

 

Le renforcement du rôle des corps intermédiaires

La CAPEB 71 a enfin expliqué que le mouvement des « gilets jaunes » a montré la nécessité de maintenir un dialogue permanent entre les citoyens et les Pouvoirs publics, lesquels ont d’ailleurs semblé surpris par l’ampleur de ce mouvement.

La CAPEB, en sa qualité de corps intermédiaire, déplore ne pas avoir été suffisamment entendue. Elle n’a cessé depuis des années, d’alerter sur la pression et l’injustice fiscales, sur les contraintes multiples et variées que subissent les petites entreprises, sur les règlementations qui les étouffent, sur l’impossibilité pour beaucoup d’artisans et de dirigeants de TPE / PME de tirer le juste fruit de leur travail…

capeb71-debat-parlementaire-8 (a)

 

Ce qui arrive aujourd’hui, le mouvement des ” gilets jaunes “, cette contestation quasi insurrectionnelle, n’est malheureusement pour les travailleurs indépendants, artisans du bâtiment, absolument pas une surprise. Elle traduit un ras-le-bol général grandissant et une colère sourde qui couvaient depuis des années. La fiscalité punitive du Gouvernement sur les carburants, que la CAPEB a dénoncé dès l’été, qui ne profite en rien à l’écologie, et qui ne vise qu’à remplir les caisses vides de l’Etat, a constitué le détonateur d’une « bombe sociale » qui ne pouvait qu’exploser.

La CAPEB 71 accueille favorablement les mesures d’apaisement annoncées par le Président de la République et par le 1er Ministre.

La CAPEB 71 prendra donc toute sa part dans la grande concertation qui va s’ouvrir. Elle appelle à un dialogue sincère et véritable et elle sera au rendez-vous pour tenter de faire émerger de nouvelles solutions.

La CAPEB 71 s’engagera dans cette concertation pour exprimer l’exaspération des artisans et dirigeants de TPE/PME, liée au poids considérable des prélèvements obligatoires et aux lourdeurs administratives et réglementaires qui pénalisent la production et la croissance (normes multiples, complexités administratives, prélèvement à la source de l’IR, qualification RGE, formations obligatoires …etc…).

Elle y voit aussi l’occasion de renforcer, voire de redéfinir la place et le rôle des corps intermédiaires, qui doivent redevenir des acteurs clés du dialogue social et économique en France.

 

A suivre dans un prochain article : les réactions des parlementaires aux propositions de la CAPEB 71.

 

Télécharger le dossier complet avec les revendications et propositions de la CAPEB 71