» La CAPEB 71 alerte le Préfet sur l’impact négatif des hausses de carburants sur l’activité du bâtiment…

capeb71-hausse-carburants-rencontre Péfet

 

Une délégation d’artisans du bâtiment de la CAPEB 71, conduite par le Président Toni SPINAZZE, a été reçue ce matin en préfecture par M. Jérôme GUTTON, Préfet de Saône-et-Loire.

 

Les représentants de la CAPEB 71 ont voulu alerter le Préfet sur les impacts négatifs pour le bâtiment de l’augmentation insupportable des taxes sur les produits pétroliers qui conduit à une taxation beaucoup trop lourde sur le gazole.

Ils en ont profité pour remettre au Préfet les nombreuses pétitions signées par les adhérents de la CAPEB 71. Ils ont également fait part au Préfet, de l’inquiétude des artisans du bâtiment et des TP quant à la suppression l’exonération de TICPE sur le gazole non routier. Celle-ci va générer une hausse du prix du carburant des engins de chantiers de l’ordre de plus de 50 centimes d’euros par litre (soit plus de 50 %).

 

Un vrai risque pour la croissance dans le bâtiment…

Les délégués de la CAPEB 71 ont expliqué que ces hausses de taxes allaient se répercuter sur les coûts de revient de l’ensemble de la filière (industriels, négoces, artisans du bâtiment et des TP) et donc sur les prix de vente des travaux.

 

capeb71-rencontre-prefet

En effet, à défaut de pouvoir imputer ces augmentations sur les marges déjà très réduites des entreprises, ce qui pénaliserait l’investissement, les artisans n’auront d’autre choix que de répercuter ces augmentations sur leurs clients au risque que ces derniers renoncent à effectuer des travaux. En milieu rural cet effet négatif sera d’autant plus marqué.

Dans un contexte de croissance molle pour le bâtiment et à l’heure où le pouvoir d’achat est l’une des principales préoccupations des français, la hausse des taxes sur l’essence est un non-sens pour la CAPEB 71. D’autant plus que cette fiscalité punitive ne profite pas à l’écologie.

Les risques sur la croissance du bâtiment sont donc réels.

C’est pourquoi la CAPEB 71 a demandé :

  • un moratoire sur les hausses de taxe
  • l’engagement d’une concertation sur l’impact de ces taxes sur l’économie du bâtiment,
  • des mesures compensatrices pour réduire les prix à la pompe pour les entreprises du BTP
  • un grand plan d’accompagnement des entreprises artisanales, avec des aides financières significatives, pour leur permettre de gérer dans le temps la transition de leur flotte d’utilitaires, fourgonnettes, camions et/ou engins de chantier, vers des véhicules utilisant des énergies renouvelables.

 

Le Président de la CAPEB 71 a enfin expliqué au Préfet l’impatience et l’exaspération grandissantes des 4 100 artisans, TPE et PME du bâtiment de Saône-et-Loire déjà assommés de taxes et de contraintes multiples.

Le Préfet a été particulièrement à l’écoute des inquiétudes et des propositions de la CAPEB 71 et s’est engagé à les faire remonter et à poursuivre le dialogue. Pour sa part, la CAPEB 71 a prévu d’autres actions dans les prochains jours et notamment une mobilisation auprès des parlementaires du département.