» Conjoncture : enfin de vrais bons résultats dans le BTP…

 

L’activité des entreprises du bâtiment s’est clairement améliorée en 2017.

Enfin une bonne nouvelle, claire et sans réserve : l’activité des entreprises du bâtiment et des artisans s’est nettement redressée en 2017 avec une croissance sur l’année de + 2,5 % en volume, soit un point de plus que l’année précédente. Et le quatrième trimestre a été particulièrement dynamique puisque les entreprises artisanales du bâtiment ont vu leur activité progresser de + 3,5 %.

La construction neuve a beaucoup tiré cette croissance, enregistrant un très bon score de + 7,5 % au cours de ce dernier trimestre (+ 5 % sur l’ensemble de l’année).

Le nombre de logements autorisés l’an dernier a été particulièrement élevé (504 200 logements en novembre sur douze mois) tout comme ceux mis en chantier (418 200 logements). Dans les deux cas, la croissance de l’activité est forte (respectivement + 11,4 % et + 15,7 % par rapport au cumul des douze mois précédents. Cette dynamique devrait se poursuivre dans les prochains mois et impacter favorablement l’artisanat du bâtiment.

L’entretien amélioration est resté plus modéré avec une croissance de 1 % seulement au 4ème trimestre comme sur l’ensemble de l’année 2017.

On notera que si le segment de l’entretien parvient à se maintenir à ce niveau, c’est essentiellement grâce aux travaux d’amélioration de la performance énergétique qui ont augmenté de + 2,5 % au 4ème trimestre et sur l’ensemble de l’année également. Des résultats qui justifient, s’il le fallait encore, tous les efforts que la CAPEB déploie pour pérenniser les aides fiscales et crédits d’impôts, CITE en tête, car de toute évidence, les particuliers seraient moins enclins à engager des travaux de rénovation énergétique s’ils n’y étaient pas encouragés fiscalement.

L’autre bonne nouvelle est que ce nouveau dynamisme profite à tous les corps de métiers partout en France. L’Ouest du pays enregistre une accélération soutenue de cette reprise (+ 4,5%).

Le niveau des carnets de commande est également tout à fait satisfaisant puisqu’il atteint désormais 91 jours, soit 5 de plus qu’à la même époque l’année précédente.

L’emploi progresse timidement de 0,6 % au 3ème trimestre 2017 comparé à la même période un an plus tôt.

Des signaux invitent cependant à ne pas baisser la garde. Ainsi, les entreprises qui font état de besoins de trésorerie sont, certes, moins nombreuses aujourd’hui qu’il y a un an, mais leurs besoins sont nettement plus élevés (19 000 € en moyenne contre 16 000 €précédemment).

Le plus inquiétant est le niveau des marges que les entreprises ne sont pas encore parvenues à restaurer. Les marges sont, en effet, toujours très faibles, empêchant ainsi les entreprises d’investir alors qu’elles devraient le faire au moment où l’activité repart.

2018 devrait être bien orientée avec une croissance que nous estimons, en ce début d’année, à 2,5 % pour l’artisanat du bâtiment. Pour l’instant, en effet, les taux d’intérêt restent attractifs, le nombre de transactions est historiquement importants et les mises en chantiers et autorisations sont encore élevées. Toutefois, le marché pourrait subir le contrecoup de la modification du CITE et du recentrage des dispositifs PTZ et Pinel sur les zones les plus tendues et il ne faudrait pas que de nouveaux coups de rabot viennent obscurcir l’activité de l’artisanat du bâtiment qui se redresse enfin.

Lire la note conjoncture de la CAPEB du 4ème trimestre 2017