» Bruno Le Maire affirme qu’il ne touchera pas à la TVA sur le bâtiment !

capeb71_Bruno-Le-Maire_Alred_Morais_3

Le Ministre de l’Économie répond au représentant de la CAPEB, Alfred MORAIS

 

Lors de sa venue en Saône-et-Loire, Bruno Le Maire, interpellé par Alfred MORAIS, représentant la CAPEB, a affirmé qu’il ne touchera pas à la TVA sur le bâtiment !

 

Le Ministre de l’Économie s’est adressé aux acteurs économiques de Saône et Loire le lundi 16 juillet 2018.

 

A cette occasion, Alfred Morais, administrateur confédéral, Président de la CAPEB Bourgogne Franche Comté et Président d’honneur de la CAPEB 71, a interrogé le Ministre sur ses intentions par rapport aux taux réduits applicables dans le bâtiment.

Alfred MORAIS pour la CAPEB

 

Bruno Le Maire a répondu : « Moi je crois à la stabilité fiscale. Quand on y touche, ça crée des perturbations et cela perturbe le marché. On a écarté la hausse de la TVA pour la restauration et pour le bâtiment ».

capeb71_Bruno-Le-Maire_Alred_Morais-1

Le Ministre à l’écoute des revendications de la CAPEB

 

La CAPEB 71 est satisfaite de cette déclaration qui répond à ses revendications… mais qui va à l’encontre des positions exprimées par d’autres membres du Gouvernement !

La CAPEB 71 demande évidemment au Gouvernement de clarifier sa position et considère que la parole du Ministre de l’Économie est prépondérante…  Nous serons donc extrêmement vigilants…

 

Interpellé également par Alfred MORAIS sur le prélèvement à la source, il a répondu : “Je suis vigilant pour que l’impact soit le moins important pour les entreprises. Vous ne serez pas responsables devant les tribunaux. On va regarder de près la question des coûts

 

Le Ministre de l’économie s’est adressé aux acteurs économiques de Saône et Loire le lundi 16 juillet 2018.

 

La CAPEB 71 fait un véritable travail de lobbying sur le terrain et n’hésite pas à interpeller les pouvoir publics, y compris les Ministre dès quelle en a l’occasion.

 

La suite à la rentrée de septembre et à la lecture du projet de loi de finances. Restons vigilants !