» Avis de recherche de main d’œuvre !

Toni SPINAZZE – Président CAPEB 71

 

Le mot du Président de la CAPEB 71

 

Avis de recherche de main d’œuvre !

” Secteur dynamique recherche désespérément main d’œuvre qualifiée ! ” Tel pourrait-être l’avis de recherche lancé par le secteur du bâtiment. Alors que l’activité de nos entreprises est repartie à la hausse, nombreux sont les artisans du bâtiment qui désespèrent trouver des volontaires pour s’engager dans notre secteur.

La pénurie de main d’œuvre qualifiée n’est pas un phénomène nouveau. Il s’agit même d’un vieux serpent de mer qui ressurgit quand l’activité repart à la hausse. Nous avions déjà connu pareille difficulté dans les années 2000. La crise du début des années 2010 l’avait estompé sans véritablement la faire disparaître. Mais aujourd’hui, le phénomène s’est amplifié. Nous avons des collègues qui refusent des chantiers faute de main d’œuvre. C’est grave, car ce sont des points de croissance en moins dont notre pays a tant besoin.

Longtemps, le bâtiment a été pointé du doigt : notre secteur n’était, parait-il, pas suffisamment attractif et c’était à nos entreprises faire des efforts, de s’adapter, de se vendre… Nous l’avons fait. Tout n’est peut-être pas encore parfait mais depuis des années, la profession a fait des efforts pour réhabiliter les métiers du bâtiment. Les grilles de salaires ont été revalorisées, les tâches se sont largement mécanisées, faisant du bâtiment un secteur toujours physique mais largement moins pénible. La sécurité a été renforcée sur les chantiers, nous proposons de nombreuses formations à nos salariés, notre régime de prévoyance est très performant, et nous offrons bon nombre d’avantages sociaux. . Le bâtiment s’est franchement modernisé et offre de véritables opportunités avec le développement durable, la maison intelligente, l’accessibilité et le confort des personnes. Et puis, chez nous l’ascenseur social est bien réel : on commence apprenti et on peut créer sa propre entreprise ! Renvoyer les causes du problème à notre propre responsabilité serait donc réducteur et faux. En plus, la pénurie de main d’œuvre touche aujourd’hui de nombreux autres secteurs de l’industrie, du transport, de la restauration… Alors qu’est ce qui coince ?

Probablement une conjonction de facteurs sur lesquels, heureusement, le Gouvernement a mis le doigt : l’inadaptation des compétences, la formation, l’apprentissage, l’assurance chômage… Les réformes annoncées vont dans le bon sens. Elles sont demandées depuis longtemps par la CAPEB. La prochaine loi qui sera votée, nous l’espérons avant l’été apportera un début de réponse. Mais il faudra du temps pour inverser le phénomène. Il faudra aussi de la détermination, des incitations fortes, et la responsabilisation de tous. Comment un pays peut-il accepter d’avoir tant de personnes au chômage et des pans entiers de l’économie qui ne trouvent pas de main d’œuvre ? Cette “inéquation”, nous devrons la résoudre ensemble… Car pendant ce temps, le travail détaché, lui, continue de progresser… Et ce n’est pas lui qui assurera le financement de notre système de protection sociale !

 

Toni SPINAZZE – Président CAPEB 71
Artisan Electricien